UA-43712728-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

06/11/2014



 

 

 

 

 

 

 SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK  

 

 

 

Nous étions plus de 120 000 manifestants dans les rues de Bruxelles ce jeudi 6 novembre 2014 pour dire non aux mesures du gouvernement Michel 1er.

Les mesures du Gouvernement Michel 1er sont claires : appauvrir la population ! L’opposition sur le contenu du plan Michel-De Wever est profonde et la population n’a pas manqué de le faire savoir ce jeudi 6 novembre en marchant côte à côte dans les rues de Bruxelles.

 

 

Ce gouvernement n’a pas la légitimité qu’il prétend avoir : aucun parti n’a reçu mandat du peuple pour reculer l’âge de la pension à 67 ans. Quant au saut d’index, les politiques sont très loin de la réalité des Belges qui ont difficile à finir leur mois. Les économies actuellement réparties sont totalement déséquilibrées.

De nombreux économistes du pays démontrent que l’austérité n’est pas la réponse qu’il faut apporter pour relancer la croissance que du contraire. Pourtant, le gouvernement s’obstine dans son erreur et fait croire à saut de communications contradictoires par ailleurs que son absurdité est le chemin à suivre. Les patrons applaudissent et pourtant ils ne peuvent pas garantir que ces mesures apporteront la solution à la création d’emplois supplémentaires, ni même à une relance économique.

 

 

 

 

La Belgique n’a jamais produit autant de richesses qu’aujourd’hui. La question du pouvoir d’achat doit être mise en rapport avec le fait que les profits, les fortunes et les bénéfices, eux, ne sont pas touchés. Les salaires sont bloqués mais les dividendes, elles peuvent continuer à couler à flots dans les poches des actionnaires. C’est inacceptable ! Le scandale LuxLeaks montre, une nouvelle fois comment les plus fortunés de ce pays profitent des largesses de notre système fiscal. Pourtant, un travailleur continue à payer plus d’impôts qu’une société !

 

Ce 6 novembre, nous étions nombreux à défendre nos droits à l’accès au travail, au travail, à l’accès à la sécurité sociale, à la sécurité sociale, à l’accès aux services publics, aux services publics, à l’accès aux soins de santé, à la santé…..

 

Le retrait des mesures de Michel 1er, c’est prendre ses responsabilités pour un avenir intergénérationnel.

 

 

 

Il faut que cela change et temps que le gouvernement poursuivra à dire qu’il n’y a pas d’autre alternative, nous poursuivrons le plan d’action : grèves régionales les 24/11, 01/12, 08/12 et grève nationale le 15 décembre 2014.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager via un média social

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?