UA-43712728-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

09/10/2014



 

 

 

 

 

 

 SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK  

 

 

 

LA DROITE FABRIQUE DES PAUVRES TOUT EN PRETENDANT FAIRE LEUR BONHEUR !

 

 

Un nouveau gouvernement est formé et voilà qu’il nous décapite sans pitié : Une véritable barbarie sociale !

Charles Michel annonce que son gouvernement veut augmenter le pouvoir d’achat des travailleurs et tendre la main à ceux qui veulent se retrousser les manches. Une propagande de désinformation bien organisée avec l’aide des médias nous trompant davantage sur les conséquences réelles des mesures de l’accord gouvernemental.

Si le relèvement de l’âge de départ à la pension  de 65 ans à 67 ans a fortement marqué les esprits  dès son annonce, puisqu’il touche l’ensemble du monde du travail et qu’il entraînera dans la foulée des conséquences catastrophiques sur les plans socio-économiques et de la santé publique, c’est aussi et surtout une trahison sans précédent des partis de la majorité de droite qui renient leurs engagements pris auprès des électeurs.

De nombreuses attaques contre le monde du travail : concertation sociale bafouée, restrictions des conditions d’accès à la prépension et en ce y compris pour les métiers lourds et les entreprises en difficulté, augmentation de l’âge de la pension, saut d’index, restrictions dans les services publics, augmentation des accises, mise au travail forcé des demandeurs d’emploi, diminution du budget des soins de santé, flexibilisation renforcée du marché du travail et…..ce n’est qu’un éventail à la première lecture des informations parue dans la presse.

Une opération de désinformation : on tente de nous rassurer en affirmant que ces mesures seront « socialement corrigées ». Si une partie des plus démunis sont quelque peu épargnés par le saut d’index, les travailleurs sont concernés. La perte financière étalée sur plusieurs années jusqu’à l’âge légal de la pension est immense.

Le relèvement de la pension à 67 ans constitue également une modification essentielle et unilatérale au contrat de travail. Une concertation sociale bafouée !

Les entreprises, de leur côté, se voient offrir de nouveaux cadeaux fiscaux sans devoir donner aucune garantie en terme de création d’emploi ni même d’ailleurs de maintien à l’emploi. La FEB a qualifié publiquement cet accord d’ambitieux. Pourtant depuis plus de 20 ans déjà, les chèques en blanc offerts au patronat se sont multipliés et n’ont jamais prouvé leur efficacité. L’UCM s’est également précipitée dans la foulée positive de la FEB sans analyser les conséquences de certaines mesures à l’encontre des PME.

On ne peut que constater le déséquilibre criant entre les diminutions des dépenses publiques et les augmentations des recettes. Ce gouvernement nous prétend prendre enfin des responsabilités que d’autres n’auraient jamais prises en nous imposant une répartition profondément injuste entre la part exigée aux travailleurs et celle demandée aux entreprises (aux mieux nantis) !

Des attaques et des mesures que la FGTB – UBT se prépare à combattre avec force !

 

Partager via un média social

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?