UA-43712728-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.


 

 

 

 

 

 

 SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK  

 

 

 

CONFERENCE DU TRANSPORT A PARIS : L'UBT PLAIDE POUR DES MESURES EUROPEENNES DE LUTTE CONTRE LE DUMPING SOCIAL

 

 

Ce mercredi 16 avril sera organisée à Paris la première Conférence européenne du transport, une initiative du ministre français des transports, Frédéric Cuvillier. Avec les syndicats européens des transports et leur organisation coordinatrice, l’ETF, il plaide à l’instar de ses autres collègues européens, dont John Crombez, secrétaire d’État à la lutte contre la fraude, en faveur d’une harmonisation des politiques sociales en Europe. Outre l’UBT, la centrale du transport de la FGTB, plusieurs délégations d’autres pays participeront à la conférence.

 

Tom Peeters, propagandiste de l’UBT : "Nous profiterons de cette table ronde pour proposer une série de mesures à prendre au niveau européen pour combattre le dumping social, l’objectif étant de parvenir à un marché mieux harmonisé basé sur l’égalité sociale et fiscale en Europe." L’UBT s’est concertée de manière intense avec les ministres belges compétents, et cette concertation a porté ses fruits. En effet, les efforts entrepris par les secrétaires d’État Crombez et Wathelet sont un pas dans la bonne direction, mais ils n’apportent cependant qu’une solution partielle au problème.

Tom Peeters: "Pour éradiquer complètement le phénomène du dumping social, il faudra prendre des mesures au niveau européen. C’est pourquoi l’UBT, avec des organisations syndicales d’autres pays, proposera un certain nombre de mesures concrètes à l’occasion de cette conférence".

1. L’obligation d’équiper d’un tachygraphe les véhicules professionnels de moins de 3,5 tonnes, ce qui implique donc également un contrôle des temps de conduite et de repos des services de courrier express.

2. L’interdiction de prendre le soi-disant long repos dans le camion. Les conducteurs professionnels ont, eux aussi, droit à des facilités de repos décentes.

3. Non à une nouvelle libéralisation du cabotage.

4. Après trois transports de cabotage, le camion doit obligatoirement rentrer dans son pays d’origine.

5. L’instauration d’un salaire minimum européen pour tous.

6. La création d’un Europol social qui a la compétence d'effectuer de vrais contrôles et d'imposer de véritables sanctions.

L’UBT dénonce depuis de nombreuses années les conséquences du dumping social pour le secteur. Des entreprises ne peuvent plus affronter la concurrence à la suite de la concurrence déloyale. Des chauffeurs belges sont massivement remplacés par des chauffeurs « au rabais » d’Europe de l’Est. Ces dernières années, plus de 4.000 emplois ont ainsi été perdus. L’UBT a déjà rendu plusieurs visites de travail en Slovénie pour dresser un inventaire des entreprises boîtes aux lettres créées par des transporteurs belges. L’UBT a d’ailleurs consacré plusieurs livres noirs à cette problématique.

Publication du 1/04/2014

Partager via un média social

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?