UA-43712728-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.


 

 

 

 

 

 

 SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK  

 

 

 

MEMORANDUM UBT POUR LE SECTEUR DU TRANSPORT

 

18 juin 2014, 14:05

 

L'UBT, le syndicat du secteur du transport et de la logistique, a un message clair pour tous les partis politiques. Nous voulons le changement. Un changement positif. C'est-à-dire : du progrès social pour les travailleurs, progrès social qui se situe à la fois sur le plan régional, fédéral et européen.

Pas de situations kafkaïennes à la suite d'une nouvelle régionalisation !Sur le plan régional, la sixième réforme de l'État doit être mise en œuvre par les nouveaux gouvernements régionaux. C'est ainsi que le code de la route et la formation à la conduite sont notamment visés.  La sécurité doit primer ! L'UBT estime que le code de la route doit rester le même dans les différentes régions. Et la manière dont la formation à la conduite est organisée doit rester uniforme dans les différentes régions.D'autre part, l'UBT demande :

 

• des investissements dans des infrastructures routières plus sûres (comme des endroits de églage des rétroviseurs d'angle mort);

 

• des places de parking pour poids lourds en nombre suffisant, confortables et sécurisés. Il subsiste un manque de places de stationnement, tandis que les parkings existants manquent de confort et de sécurité;

 

• l'amélioration de la fluidité du trafic; moins de files par l'élimination des "missing links" : par exemple le ring d'Anvers, le ring de Bruxelles l'optimisation de l'E 313,…

 

• l'intensification de l'éducation à la circulation des jeunes (par exemple au sujet de la problématique de l'angle mort), …

 

• l'utilisation de caméras pour le contrôle de trajet dans la lutte contre le dumping social.

 

Dumping social. Non, merci !Au niveau fédéral, l'avenir de notre État social est en jeu : donnez la priorité aux choses importantes, comme par exemple un emploi de qualité pour tous, la sauvegarde de la sécurité sociale et une société qui n'abandonne pas les plus démunis à leur sort. Il faut poursuivre la lutte contre le dumping social par :

 

• la lutte contre les faux indépendants,

 

• l'extension de la responsabilité solidaire à toute la chaîne des donneurs d'ordre, assortie de contrôles effectifs,

 

• l'instauration d'un registre CMR qui complique la fraude et permet d'améliorer l'efficacité des inspections,

 

• le renforcement et l'amélioration des contrôles effectués par le SPF Mobilité et le Contrôle des lois sociales,

 

• une politique répressive efficace menée par la Justice. 

 

Travail intérimaire ? Avec modération !Les personnes qui travaillent comme intérimaire méritent mieux. Plus particulièrement dans le secteur de la logistique, le travail intérimaire est devenu omniprésent. Hélas, les travailleurs intérimaires sont souvent des travailleurs de seconde zone. L'UBT réclame une législation plus sévère qui donne lieu :

 

• à une occupation dans des contrats stables,

 

• à l'interdiction des contrats journaliers successifs,

 

• à des contrats fixes pour les intérimaires après trois mois ou 60 jours de travail,

 

• à la prise en compte des prestations des intérimaires dans le calcul de l'ancienneté lorsque l'entreprise leur offre un contrat fixe.

 

Après l'Europe des banques, agissons pour une Europe sociale !Il est grand temps que l'Europe change de cap et mette l'accent sur l'harmonisation sociale et fiscale. Non à une nouvelle libéralisation du marché, mais d'abord "à travail égal, salaire égal". Voilà ce qui doit être le nouveau slogan de l'Europe.L'UBT plaide pour :

 

• la création d'un Europol social ayant la capacité d'effectuer des contrôles effectifs,

 

• un salaire minimum européen,

 

• l'inscription d'un protocole social dans les traités européens,

 

• la limitation du cabotage dans le secteur du transport, les règles doivent être renforcées (par exemple retour dans le pays d'origine après trois transports internationaux),

 

• le renforcement de la directive sur le détachement et un contrôle généralisé du respect de celle-ci,

 

• l'obligation d'équiper du tachygraphe les voitures professionnelles de moins de 3,5 tonnes. Ce qui implique automatiquement le contrôle des temps de conduite et de repos de ces chauffeurs. Là encore, la sécurité doit primer !

 

 

 

 

Partager via un média social

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?