UA-43712728-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.


 

 

 

 

 

 

 SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK  

 

 

 

 

 

Communiqué de presse 01/08/2013

 

Les chauffeurs ne sont pas des assassins…

Derrière ces drames…le prix du travail !!!

 

 

La FGTB-UBOT souhaite réagir sur l’accident survenu hier à VIESVILLE. Nous tenons tout d’abord à présenter nos sincères condoléances aux proches du défunt et un prompt rétablissement aux autres victimes.

Si une fraude au temps de conduite a été relevée sur le tachygraphe trafiqué du semi-remorque luxembourgeois, ce n’est sans doute pas à la propre initiative de ce chauffeur français.

Deux chauffeurs pour le prix d’un, c’est un usage fréquent imposé par des patrons véreux !!!

La FGTB-UBOT a toujours plaidé pour l’application des directives sur le temps de conduite, de repos et temps de travail. La grande majorité des entreprises de transports sont en tort,

 

-        Les entreprises font valoir le statut de chauffeur international qui ne doit pas être rattachée à un pays précis au regard de la nature de ce métier….Les chauffeurs belges sont confrontés à une perte de salaire et d'emploi, de plus les revenus des impôts échappent à l'Etat belge, estime l'UBOT qui exige un renforcement des contrôles.

 

-        Sous prétexte de concurrence déloyale, les chauffeurs belges sont confrontés à une perte de salaire et d'emploi,

 

-        Certaines entreprises et notamment en terme de compétitivité, imposent à leurs travailleurs des pratiques frauduleuses et dégradantes au détriment de leurs bien être et de la sécurité.

 

-        Le flou européen sur l’encadrement de la concurrence entre Etats membres a permis à des sociétés belges d’engager des chauffeurs dans les pays de l’est ou au Luxembourg. Depuis, le phénomène a explosé. Les sociétés belges qui roulent avec des chauffeurs belges se font rares… relégués à de longues périodes de chômage économique...Banalisant (en passant) la fraude sociale et fiscale.

 

Ces pratiques organisées limitent ainsi l’action syndicale dans ses missions de, concertation sociales, de contrôle et de défense des intérêts des travailleurs.

La face cachée de ce drame démontre que la modestie de la directive européenne rend le développement de la fraude sociale, de plus en plus attractif pour certaines entreprises. Le conseil européen mais aussi le parlement doivent aller plus loin…

Il est urgent de mettre en place des dispositifs renforcés et concrets de responsabilités mutuelles entre les Etats membres permettant un contrôle coordonné et efficace.

 

 

 

 

Partager via un média social

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?