UA-43712728-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.


 

 

 

 

 

 

 SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK  

 

 

 

23/09/2013 :

LA RIPOSTE - STOP AU DUMPING SOCIAL, STOP A L'ESCLAVAGE MODERNE

 

"LES ENTREPRISES BELGES VIRENT DES TRAVAILLEURS QUALIFIES POUR ENGAGER DES ESCLAVES" - QUE CELA CESSE, LA FGTB NAMUR-LUXEMBOURG SE MOBILISE ET CE N'EST QUE LE DEBUT !

9h00, nous arrivons à la prison de Marche. Notre colère est rouge et nous sommes déterminés à dénoncer les dérives de la directive européenne relative au détachement des travailleurs.

Le secteur du transport n’a jamais autant dominé nos routes. L’emploi n’est pas saturé mais sous quelles conditions ? Le dumping social ne connaît pas la crise, il explose en Belgique : le transport, la logistique, la construction, le nettoyage, l’horeca, l’agriculture et d’autres font l’objet de toutes les attentions les plus mafieuses des protagonistes du dumping social.

Les entreprises qui mettent un point d’honneur à occuper du personnel local ne s’en sortent plus et sont tentées à recourir au nom de la concurrence déloyale au même système.

L’ambiguïté de la directive européenne permet des dérives des plus néfastes pour tous.

Nous, citoyens, nous finançons le dumping social au travers de nos impôts et les caisses de la sécurité sociale se vident : nous ne comptons plus le nombre de travailleurs mis en chômage économique alors que l’activité de la société qui les occupe se poursuit avec des travailleurs détachés (légaux ou illégaux). Ces travailleurs détachés quant à eux, sont confrontés à des conditions de travail et de vie déplorables et tout ceci avec la complicité de l’Europe !

L’Europe prône la diversité et pourtant nous tombons dans le populisme : bien que les travailleurs étrangers ne soient pas responsables du dumping social, des tensions se forment entre travailleurs européens : l’un reprochant à l’autre de prendre son travail et l’autre le traitant de raciste.

Le chien qui se mord la queue : de plus en plus de travailleurs détachés viennent en Belgique. Il est difficile de dresser un recensement  exact étant donné qu’il n’est pas possible de chiffrer les détachés illégaux ni même les indépendants étrangers cependant, la main-d’œuvre de certains pays de l’Est s’épuise et ces Etats membres doivent également faire appel à de la main-d’œuvre en dehors de leur territoire et on assiste à une concurrence de dumping social !

Il faut que cela cesse. Nos responsables politiques doivent prendre des mesures sur le plan local et sur le plan européen.

Nos revendications :

# Introduire une Limosa pour les travailleurs qui se déclarent indépendant pour détourner la directive sur le détachement.

# Imposer un taux horaire minimum de facturation qui comprend le salaire, les cotisations sociales et fiscales, les frais de déplacement et le logement. Le taux minimum de facturation ne peut en aucun cas être inférieur au coût du salaire brut d’un travailleur belge pour l’employeur.

# Vérifier que les travailleurs détachés soient logés dans le respect de la dignité humaine. Ce logement doit répondre aux critères de salubrité fixés par les régions.

# Obliger le paiement des salaires sur un compte bancaire pour éviter la fraude.

# Introduire un salaire européen minimal.

# Renforcer les contrôles par les diverses inspections.

# Contrôler l’application de la directive européenne interdisant les sociétés boîte aux lettres.

# Responsabiliser les donneurs d’ordre.

# Renforcer la législation sur le cabotage. (Retour obligatoire du camion dans le pays d’origine après trois transports de cabotage,…) et surtout des contrôles plus sévères par l’utilisation de la fonction GPS sur le tachygraphe digital.

Galerie d'images

Partager via un média social

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?