UA-43712728-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.



 

 

 

 

 

 

 SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK  

 

 

 

Au nom de la concurrence déloyale, de nombreuses entreprises de transport belges, françaises, luxembourgeoises (de l’Europe de l’Ouest en général) recourent au dumping social. Il s’agit d’une pratique consistant à employer des travailleurs étrangers (habituellement détachés d’Europe de l’Est) à un salaire bien inférieur au salaire habituellement pratiqué en Europe de l’Ouest et ce, au détriment du bien-être et de la sécurité des travailleurs pour contourner, de façon plus ou moins délibérée, le droit social en vigueur afin d’en retirer un avantage économique certain.

Sur base de l’ambiguïté des termes des différentes directives régissant le détachement des travailleurs étrangers et la libre circulation des travailleurs, certaines entreprises de transport de l’Europe de l’Ouest, dans une course acharnée contre la compétitivité se sont organisées pour ouvrir de façon frauduleuse des entreprises « fantômes » dites boîtes aux lettres dans les pays de  l’Europe de l’Est et ainsi occuper des travailleurs à des prix défiants toute concurrence sur les sols d’Europe de l’Ouest au préjudice des travailleurs sous contrat local.

En conclusion : en Belgique, en France, au Luxembourg et sur d’autres territoires de l’Europe de l’Ouest, des travailleurs du secteur du transport hautement qualifiés viennent grossir les chiffres du chômage et de la précarité alors que les travailleurs étrangers eux, sont occupés sur le territoire d’accueil dans des conditions d’esclavage moderne. Les caisses de la sécurité sociale se vident alors que ses dépenses ne cessent de croître. Le dumping social est source du démantèlement de tout notre modèle social.

Aujourd’hui, nous les consommateurs avons certes le choix de consommer ce que nous voulons quand nous le souhaitons et acteurs des temps modernes, en un seul clic mais nous sommes pris en otage. Nous ne soupçonnons pas que notre simple geste quotidien d’acheteur engendre la perte de milliers d’emplois en Belgique, nous ne suspectons pas remettre tout notre modèle social en cause.

Pourquoi ? Parce que nous ne pouvons pas adapter le choix de notre achat et de notre consommation en toute transparence. En Europe, il n’existe pas de label certifiant que le produit acheté nous est livré suivant des pratiques de travail ne relevant pas d’inégalités quelconques. Pourtant, quand nous voulons manger du bio pour préserver notre santé, nous le pouvons en toute sécurité parce que le produit reçoit un label « bio ». Par contre, quand nous voulons préserver un emploi local et ainsi venir faire du bien à la caisse de la sécurité sociale de notre pays, c’est impossible.

Nous sommes en « Etat » d’urgence. Le consommateur-citoyen a le droit de sortir d’un système totalement opaque. Orienter notre consommation et nos participations dans l’impôt local sans financer le dumping social est une priorité. Les politiques doivent prendre leurs responsabilités dans ce sens.

A travail égal, salaire égal, protection sociale égale !

CONSOMMATION CITOYENNE SOCIALEMENT RESPONSABLE C’EST POSSIBLE !

 

 

 

Partager via un média social

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?