UA-43712728-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.



 

 

 

 

 

 

 SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK  

 

 

 

 

DUMPING SOCIAL : DES CHAUFFEURS ROUMAINS EXPLOITES BLOQUES A LIEGE 

Malgré toutes les belles déclarations des responsables belges et européens, les pratiques de dumping social continuent.  Martin Wismans, transporteur de Venlo (Pays-Bas), utilise et exploite sans scrupule des chauffeurs philippins et de l’Europe de l’Est. Le syndicat hollandais FNV, a déjà demandé de poursuivre cette firme pour exploitation de chauffeurs philippins. Aujourd’hui, deux chauffeurs roumains d’une de ses filiales slovaques sont bloqués dans leur camion à Battice, parce que la firme refuse de payer ses amendes. Par ailleurs, ces chauffeurs déclarent que, tout comme de nombreux collègues, ils ont encore droit à des arriérés de salaire et qu’ils ne peuvent pas prendre le volant tant qu’ils n’ont pas reçu leur salaire. Les chauffeurs sont contents de l’action de l’inspection.

 

Esclavage moderne

 

Martin Wismans recrute des chauffeurs philippins, roumains et hongrois par l’intermédiaire d’une filiale bidon en Slovaquie. Ces chauffeurs roulent pour un salaire de misère qui n’est même pas payé intégralement et bivouaquent pendant des semaines, voire des mois dans leur cabine. Les chauffeurs sont obligés d’enfreindre des règles relatives aux temps de conduite et de repos, de conduire des camions qui ne sont pas en règle et de vivre pendant des mois dans la cabine de leur camion. Un petit film sur la firme Wismans peut d’ailleurs être consulté à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=aba81QUrKmk, pourquoi les chauffeurs réclament l’application des règles en Europe.  

 

Deux chauffeurs roumains bloqués à Liège

 

Deux chauffeurs roumains sont bloqués à Battice (Liège) depuis plusieurs jours. N’ayant plus été payés depuis plusieurs semaines, ils ont refusé de reprendre le volant. Martin Wismans a réagi avec stupeur et menacé de les sortir de leur camion manu militari. Mais les camions viennent d’être mis à la chaîne par la police de la circulation à cause de toute une série d’infractions commises par la firme. Des amendes ont été infligées et les véhicules ne seront pas « libérés » tant que les amendes n’auront pas été payées. Les chauffeurs déclarent être heureux de l’action de l’inspection.

 

Martin Wismans : un pionnier du dumping social, avec même des chauffeurs philippins

 

La firme Martin Wismans a une forte tradition dans l’organisation du dumping social, la norme étant l’exploitation à outrance des chauffeurs. L’entreprise a créé de nombreuses filiales en Slovaquie, qui changent souvent d’adresse. Au mois de juin, le syndicat hollandais FNV avait dénoncé l’exploitation impitoyable de chauffeurs philippins qui avaient été attirés à Bratislava avec la promesse qu’ils avaient gagné le gros lot. Après avoir passé quelques mois dans un motel crasseux – seuls la nourriture et le logement étaient payés – ils ont commencé à rouler … pour un salaire de misère de 700 euros par mois. Tout comme les chauffeurs roumains à Liège, ils ont vécu pendant plusieurs mois dans leur camion. Certains chauffeurs philippins ont fini par déposer plainte avec l’aide de la FNV et depuis le mois de juin de cette année, ils ont été reconnus ‘victimes de la traite des êtres humains’.

 

La coopération internationale porte ses fruits

 

L’UBT collabore depuis des années avec le syndicat hollandais FNV. Frank Moreels, président de l’UBT : “Nous parvenons ainsi à identifier les réseaux et à réagir rapidement.

 

Partager via un média social

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?